CHANEL NEWS

00/8
opening-of-the-house-of-chanel-at-25-rue-francois-sibilli-saint-tropez

OUVERTURE DE LA « MAISON » DE CHANEL
AU 25 RUE FRANCOIS SIBILLI
SAINT-TROPEZ

Extérieur jour :
Jeudi 24 juin 21h, les invités passent pour la première fois le portail de la
« maison » de Chanel à Saint-Tropez, au 25 rue François Sibilli.
Promenade dans le jardin au son de la fanfare du Mambo Social Club, partie de pétanque ombragée ou même retour en enfance sur les balançoires siglées : tout a un air de vacances.

Intérieur jour :
Quelques marches mènent à la maison du 18e siècle revue et corrigée où l'architecture locale contraste avec les installations contemporaines dans cet espace de 120m² dédié au Prêt-à-Porter et aux accessoires de la collection
Paris-Shanghai. Découverte pièce par pièce des différentes scénographies, essayages et shopping...

Extérieur tombée de la nuit 22h :
À la tombée de la nuit, tous s'installent dans le jardin pour une séance de cinéma en plein air : « Remember Now », le dernier court-métrage par Karl Lagerfeld, suivi du défilé Croisière 2010/11.

coco-chanels-apartment-the-coromandel-screens

L’APPARTEMENT DE COCO CHANEL
LES PARAVENTS DE COROMANDEL

« J’aime les paravents chinois depuis que j’ai dix-huit ans… J’ai cru m’évanouir de bonheur quand, pour la première fois, en entrant chez un marchand chinois j’ai vu un Coromandel… Les paravents, c’est la première chose que j’ai achetée… » (Cité dans « Chanel Solitaire » de Claude Delay – Gallimard – 1983 p.12)

Mademoiselle Chanel aurait possédé 32 paravents. Son appartement du 31 rue Cambon en renferme huit qu’elle n’hésitait pas à détourner de leur fonction première: elle en habillait les murs comme du papier peint, ou les déployait pour structurer son espace intime.
On raconte que Gabrielle Chanel s’en servait aussi pour cacher les portes. Ainsi, lorsqu’elle recevait à dîner, elle était certaine de retenir ses invités.
Les paravents de Coromandel incarnent son goût pour l’art chinois qu’elle découvre en compagnie de Boy Capel. C’est à la fin de l’époque Ming (1368-1644), qu’apparaît la technique du « laque de Coromandel » dans la province de Hu-nan, au cœur de la Chine. Les thèmes privilégiés sont la mythologie, les scènes de la vie impériale, l’amour de la nature… qui confèrent à cette iconographie une dimension spirituelle.

Partager

Le lien a été copié