CHANEL NEWS

00/8
monochrome-white

Cérémonie en blanc

Haute Couture Printemps-Été 2009

La dernière collection Haute Couture de Chanel est un recommencement : « une page blanche », dit Karl Lagerfeld, « une interprétation graphique, linéaire, nette et claire de l’air du temps. Un point zéro, un nouveau départ où tout reste à écrire. Voilà pourquoi j’ai choisi le papier comme thème pour la couture cette saison. » Il y a entre Karl Lagerfeld et ce thème un lien intime et très fort qui donne à cette collection toute son intensité : « C’est aussi la matière que je préfère, j’adore le papier ! Tout commence sur le papier, sans papier je suis perdu. »

Cette collection est par ailleurs d’une extrême sobriété. Tous les détails de broderie sont davantage suggérés que dévoilés, c’est la « nouvelle modestie » précise Karl Lagerfeld. Silhouettes pures et graphiques combinent le plus souvent deux pièces et sont travaillées dans la plus grande légèreté. Les jupes sont subtilement fendues et les manches berthes — de petites pèlerines très féminines — qui dissimulent les épaules, laissent une grande liberté de mouvement.

Cette collection monochrome est surtout un « jeu de lignes et de formes », résume encore le créateur. Sous la géométrie et la pureté des coupes, c’est une explosion florale que broderies et détails laissent transparaître. Une thématique qui se retrouve dans les roses blanches, marguerites et pétales brodés par les Maisons Lemarié et Lesage. Elle se prolonge dans les coiffes somptueuses réalisées par l’artiste japonais Katsuya Kamo. « Il y a entre un pétale de fleur et une feuille de papier quelque chose de similaire » précise Karl Lagerfeld.

00/8
guests-at-the-show

Invités du défilé

Haute Couture Printemps-Été 2009

00/6
-pop-up--decor

Décor « pop-up »

Haute Couture Printemps-Été 2009

Sous la verrière du pavillon Cambon-Capucines, un immense décor en papier blanc, tel un gigantesque livre « pop-up ». Toute une flore monochrome de roses, marguerites, de feuillages et de pétales grimpe à l’assaut de la scène, entoure jusqu’au sommet les 32 impressionnantes colonnes de la salle, et recouvre la rampe de l’escalier magistral, point de départ du défilé. Sans oublier les 84 tables rondes, avec nappes et bouquets en papier. Un décor fait de 7000 fleurs façonnées à la main, soit 4800 heures de travail… Notons qu’il a fallu 4000 m2 de papier pour réaliser ce décor de sculptures éphémères consacré à l’une des couleurs, ou plutôt des non-couleurs, préférée de Mlle Chanel : « Les femmes pensent à toutes les couleurs, sauf à l’absence de couleur. J’ai dit que le noir tenait tout. Le blanc aussi. Ils sont d’une beauté absolue. C’est l’accord parfait. Mettez les femmes en blanc ou en noir dans un bal : on ne voit plus qu’elles. »

00/5
making-of-the-ready-to-wear-campaign

Making of de la campagne prêt-à-porter printemps-été 2009

Une maison dans le Vermont

C’est un coup de foudre de Karl Lagerfeld pour une maison dans le Vermont qui est à l’origine de la prochaine campagne Chanel. Il s’agit d’une maison en bois typique de la Nouvelle-Angleterre, au bord du lac Champlain, à l’ambiance austère et puritaine qui semble ne pas avoir changé depuis le milieu du XIXe siècle. "J’adore cette maison, elle me rappelle tellement Emily Dickinson", a dit le créateur en évoquant le romantisme écorché de la poétesse américaine du Massachusetts, dont l’œuvre est restée totalement inconnue de son vivant.

C’est en effet dans les pièces vides de cette vaste demeure de six chambres que le créateur a photographié Heidi Mount - la mannequin américaine de 21 ans, originaire de Salt Lake City, qui a ouvert le défilé Prêt-à-Porter
Printemps-Été 2009.

La photographie de cette campagne évoque - selon les propos de Karl Lagerfeld - le peintre danois Vilhelm Hammershoi, dont les intérieurs austères avec de lumineuses fenêtres quadrillées sont le cadre de silencieuses méditations féminines.

paris-moscou

Paris-moscou - Une silhouette phare de la collection

Pour sa collection Métiers d’Art dédiée cette saison à l’axe Paris-Moscou, Karl Lagerfeld s’est librement inspiré des avant-gardes picturales russes du début du XXe siècle. Exemple phare de la collection, une silhouette choisie et décryptée par Virginie Viard, directrice du studio de création Chanel et bras droit de Karl Lagerfeld : « Cette robe courte en taffetas noir joue du contraste entre une architecture constructiviste biseautée et la légèreté de volants en tulle. La pièce de broderie est réalisée par les Ateliers Lesage (plus de 110 heures de travail) : elle est directement inspirée d’un tableau de Lioubov Popova, « Architectonique picturale, 1918-19 ». Sur les épaules, le manteau en ottoman noir est coupé à la taille pour plus de liberté de mouvement. Ses volumes amples rappellent également une architecture constructiviste. Enfin la chapka en mouton retourné est fabriquée par les soins de la Maison Michel ; elle est ornée de franges en perles et d’une couronne dorée d’une extrême finesse. Je dirais que cette silhouette relie deux visages antagonistes de la Russie qui fascinent toujours autant : les fastes d’un empire prestigieux et les audaces d’une révolution esthétique qui voulut en faire table rase. »

La toile qui a inspiré cette robe fait partie de l’exposition « L’Avant-Garde Russe dans la collection Costakis » au Musée Maillol à Paris jusqu’au 2 mars 2009.

00/6
the-first-movie-by-karl-lagerfeld

Le premier film de karl lagerfeld

"COCO 1913 - CHANEL 1923 »

Alors que se multiplient les films sur la vie de Mademoiselle Chanel, Karl Lagerfeld apporte sa voix au chapitre en réalisant, à l’occasion du défilé Paris-Moscou, son premier film pour lequel il a tout conçu : script, décor, casting et montage.

00/4
the-paris-moscou-2008-2009-show-decor

Le décor du défilé paris-moscou 2008-2009

Pour présenter la collection « Paris-Moscou », dédiée cette année à la capitale d’un pays et d’une culture qui a fasciné Gabrielle Chanel, Karl Lagerfeld a choisi Le Ranelagh, un petit théâtre confidentiel du 16e arrondissement de Paris. Dès l’entrée, une très belle affiche d’inspiration constructiviste annonçait l’événement sur les murs. Après le défilé, le théâtre s’est transformé en un joyeux cabaret russe avec orchestre slave et vodka, tandis que Karl Lagerfeld donnait ses interviews sur la scène.

Partager

Le lien a été copié