CHANEL NEWS

00/9
making-of-the-campaign---the-photos

MAKING OF DE LA CAMPAGNE – PHOTOS

Prêt-à-Porter Printemps-Été 2012

00/7
ephemeral-boutique-in-courchevel

BOUTIQUE ÉPHÉMÈRE À COURCHEVEL

Cet hiver, Chanel s’est installé au cœur de Courchevel. La nouvelle boutique éphémère mêle tons neutres et touches de couleurs. Aux murs, de grands aplats bleu marine patinés rappellent les codes de la collection Croisière 2011/12 imaginée par Karl Lagerfeld.

Jusqu’au 14 avril 2012
Esplanade « LE TREMPLIN »
1850 Courchevel

Photos © Olivier Saillant

art-transports-time-and-with-it---br--its-stories-and-legends-br

L’ART TRANSPORTE LE TEMPS, ET AVEC LUI SES RÉCITS ET SES LÉGENDES
PAR JEAN-LOUIS FROMENT

Le temps Chanel n’existerait pas sans cet éblouissement artistique parisien dans lequel a vécu Gabrielle Chanel. Peintres, musiciens, poètes, chorégraphes, photographes, cinéastes ont accompagné sa vie et partagé l’esprit de ses créations. Elle avait compris très tôt l’exigence des artistes, leur ténacité à donner une forme à une pensée et, plus que tout, ce défi au temps : faire une œuvre de sa différence.

Dans cette exposition, les cinq thèmes représentés (l’Origine, l’Abstraction, l’Invisible, la Liberté, l’Imaginaire) abordent en profondeur la dimension historique des valeurs de CHANEL en résonance avec les fondements de l’histoire de sa créatrice.

Ici, manuscrits, dessins, photographies, objets précieux, documents rares, créations de mode, parfums, bijoux révèlent un paysage unique fait de secrets et de sentiments, d’inventions : un cabinet de curiosités qui aurait eu l’impudeur de se découvrir, où l’art ne décrit rien de plus qui n’ait été vécu dans la proximité des objets révélés.
Les œuvres deviennent ainsi les accompagnatrices contemporaines, savantes et sensibles, parfois inattendues de l’imaginaire des créations de Gabrielle Chanel.
D’une découpe cubiste à la construction d’un vêtement, d’une partition musicale à un parfum, d’un poème à un bijou, elles participent ensemble au temps d’une création culturelle historique globale.

Ensemble, elles élaborent une histoire, émettent des messages, ne cessent de mettre en mouvement leurs points de vue, échangent leurs langages, ambitionnent un système esthétique nouveau, fabriquent de nouvelles libertés, captent, marquent, désignent, projettent le temps futur auquel elles se mesurent et deviennent les signes irréversibles d’une expérience unique, historiquement culturelle, qui manquait au monde.

Préface du livre « Culture Chanel ». Publié à l’occasion de l’exposition à Pékin, sous le commissariat de Jean-Louis Froment, l’ouvrage est disponible en version trilingue anglaise, française et chinoise aux Éditions de La Martinière, Abrams et Artron.

-the-tale-of-a-fairy----anna-mouglalis--br---interview-by-jeffer

« THE TALE OF A FAIRY » ANNA MOUGLALIS
INTERVIEW PAR JEFFERSON HACK

Le court-métrage envoûtant produit et dirigé par Karl Lagerfeld pour la collection de la Croisière 2011/12, The Tale of a Fairy, rassemble les amis de la Maison Chanel ainsi que les ambassadrices Anna Mouglalis, Amanda Harlech et les mannequins Kristen McMenamy et Freja Beha. « C’est un film sur l’usage mal avisé de l’argent qui commence avec violence et finit avec émotion » explique Karl Lagerfeld. Ci-dessous, Anna Mouglalis nous emmène dans les coulisses…

Pouvez-vous décrire votre personnage?
Anna Mouglalis : Une femme à l’écart, vivant dans sa bulle, mélancolique, ennuyée à mourir par tout ce qui l’entoure.

Elle est touchée par la grâce après sa rencontre avec une fée- comment cette rencontre va-t-elle la changer?
Anna Mouglalis : La fée incarne la grâce, la beauté etc… Elle donne à mon personnage l’envie d’ouvrir à nouveau les yeux, de voir l’amour. Mon personnage devient une toute autre personne.

Qu’est-ce qui, dans la direction de Karl Lagerfeld, change par rapport à vos expériences avec d’autres metteurs en scène?
Anna Mouglalis : Même si Karl s’était fait une idée très précise de toute l’histoire avant même qu’elle soit jouée, nous la découvrions sur le tournage, en improvisant avec lui. Il créait le dialogue de manière ludique tout du long. Un tournage avec une grosse équipe rend le travail habituellement plus difficile mais Karl a réussi à faire qu’on se sente juste nous sur le plateau.

Partager

Le lien a été copié