chn-fall-winter-2020-21-ready-to-wear-show-dan-thawley-title
chn-fall-winter-2020-21-ready-to-wear-show-dan-thawley-title

LE DÉFILÉ PRÊT-À-PORTER
AUTOMNE-HIVER 2020/21,
VU PAR DAN THAWLEY

« À l’intérieur du Grand Palais, un paysage tout en courbes, composé de multiples îlots blancs soulignés de noir, s’étendait sur un sol en miroir recouvert de brume. Tandis que les orchestrations du compositeur Michel Legrand laissaient place à une musique électronique ponctuée d’une voix apaisante, composée par Planningtorock pour CHANEL, les mannequins semblaient flâner, loin de l’habituelle frénésie d’un défilé. Elles avançaient en duo ou en trio, vêtues de silhouettes décalées, ou seules, avec une nonchalance affirmée.

Chacune portait des bottes noires rabattues sous le genou et révélant un revers marron, inspirées d’une paire ayant appartenu à Karl Lagerfeld. Dessinées par Gustave Doré, décrites par Marcel Proust, les bottes cavalières sont le fil rouge de cette collection aux gestes libérateurs, teintés d’un romantisme moderne.

Des clins d’œil évidents à l’univers équestre se dessinaient au gré de ces silhouettes douces, des manteaux longilignes en tweed aux jodhpurs amples, portés sous une blouse délicate ou sous un pull accessoirisé de bijoux ornés de croix et de perles, en passant par une reinterprétation de la casaque portée par le jockey de Romantica, le cheval de course ayant appartenu à Gabrielle Chanel. Les boutons-pression argentés et les cabochons qui illuminent les pantalons, les tailleurs-jupes et les longs manteaux définissent la silhouette de la saison : nonchalante, graphique et décontractée.

Parmi les nombreux tailleurs s’étaient glissées quelques robes en velours somptueux, en taffetas brillant ou en tweed texturé. Leur sobriété laissait parfois place à la fantaisie, à l’image de cette veste blanche festonnée, brodée de perles ton-sur-ton, portée sur une jupe et un minishort, suivie par d’autres modèles aux manches tout en volume, décorées de plumes ou d’épaulettes incrustées de perles. Sous l’impulsion de Michel Gaubert, l’illustrateur sonore de CHANEL, les dernières silhouettes défilaient au rythme des Choses de la vie de Philippe Sarde. Lors d’un final particulièrement émouvant, la vision de cette collection créée par Virginie Viard était celle d’une féminité nonchalante, évoquant l’esprit de la Nouvelle Vague – une allure à la fois élégante et décontractée, naturelle et sophistiquée. »

#CHANELFallWinter

Partager

Le lien a été copié