CHANEL NEWS

credits
credits

© Anne Combaz

the-show-as-seen-by-anne-berest

© Anne Combaz

LE DÉFILÉ PRINTEMPS-ÉTÉ 2019
VU PAR L'ÉCRIVAINE ANNE BEREST

Si l’objet-vêtement est à la fois textuel et textile, c’est que l’étymologie est commune, du latin textilis, nous rappelant que la trame d’un tissu peut correspondre à l’enchaînement d’un récit. Les matières sont propres à être transformées en fil narratif — celles du défilé CHANEL by the sea ourdit l’histoire d’un geste extrêmement précis : ce mouvement qui consiste à se déchausser pour marcher les pieds nus dans le sable au bord de la mer. Silhouettes acidulées et fraîches comme un matin rose d’été, les vêtements sont un véhicule, au sens chimique du terme ; volatiles, ils nous transmettent des particules d’images instantanées.

Et soudain, nous tous, spectateurs, retrouvons cette émotion claire et puissante, celle de retrousser les revers de son pantalon pour sentir la caresse des vagues sur nos chevilles. Émotion infime qui contient l’immense idée de liberté. Et cette émotion entraine avec elle une multitude d’images : le bain de minuit et les retours de fêtes au petit matin, les cocktails sirotés dans des pailles fluorescentes, les frottements des peaux nues contre les maillots de bain — et les jeunes filles de Balbec embrassent les lèvres salées des surfeurs de Baja California, et Gabrielle Chanel débarque à Deauville pour y rencontrer son destin…

C’est Karl. Chacun de ses défilés est la re-création d’un visible souvenir. Il intercale entre notre œil et les vêtements des strates de temps qui se superposent, des moments à la fois vécus, rêvés et fantasmés. Il nous transporte, à partir d’un geste, d’un objet, d’un décor, comme en état de métempsycose, dans un moment de suspens, entre la mémoire de vies vécues avant nous - et la prescience d’autres vies à venir. Ni inquiétant ni parodique, Karl Lagerfeld ne met jamais la femme en difficulté, il ne la moque jamais — au contraire, il l’accompagne, lui donne des armes de confiance en soi - et c’est aussi en ça que réside son étonnante modernité.

#CHANELByTheSea
#CHANELSpringSummer

00/3
graphic-lines

LIGNES GRAPHIQUES

Boutons bijoux, ganse monochrome pour souligner les coutures et accumulation de poches, les ensembles en cuir bicolore de la collection Printemps-Été 2019 ajoutent une touche graphique aux looks de la saison.

#CHANELByTheSea
#CHANELSpringSummer

00/4
evening-dress

ROBES DU SOIR

Les looks du soir reprennent en filigrane les codes estivaux de la collection printemps-été 2019. Les robes noires apparaissent tantôt parées d’origamis de rubans de mousseline, rappelant les ondulations du sable quand la mer se retire, tantôt illuminées de flots de sequins irisés de reflets bleutés. Les robes trapèze en tulle et les tops à plastron quadrillés de paillettes se font légers, comme gonflés par le vent. Une fluidité aérienne que l’on retrouve sur cette cape du soir aux longues franges de cuir.

#CHANELByTheSea
#CHANELSpringSummer

00/3
beach-accessories

ACCESSOIRES
DE PLAGE

Solaires, les accessoires Printemps-Été 2019 sont empreints de l’atmosphère de la collection, entre plage, mer et ciel azur. Les jeux d’eau et de soleil se transposent sur les sacs à dos en toile éponge qui rappelle les draps de bain, les minaudières en forme de coquillage siglées du double C et les sacs sphériques semblables à des ballons de plage gonflables. Les vanity-cases en paille tressée, les cabas XXL en toile imperméable et les pochettes striées de bleu azur et navy complètent ce panorama estival.

#CHANELByTheSea
#CHANELSpringSummer

Partager

Le lien a été copié