CHANEL NEWS

00/17
the-girls-of-the-rue-cambon

Les filles de la rue cambon

Prêt-à-Porter Printemps-Été 2009

00/3
the-chanel-fishing-kit

Une canne à pêche signée chanel

Une véritable canne à pêche griffée Chanel, avec son étui en cuir matelassé, et ses mouches au double C : sans doute l’accessoire le plus inattendu de l’automne 2008 proposé par Karl Lagerfeld aux adeptes de ce sport. Elle s’inscrit naturellement dans l’histoire de la maison, en écho à Mademoiselle Chanel, une des premières femmes à s’adonner à l’équitation, à la danse, au golf et à créer dès les années 20 des modèles "sport" pour ses collections.
Le très élégant Duc de Westminster lui fit découvrir son goût pour la pêche et l’entraîna dans de nombreuses croisières en Italie, en Ecosse, et en Norvège. Elle raconte à son ami l’écrivain et grand reporter français, Marcel Haedrich : "J’ai appris à pêcher le saumon (…) Je trouvais ça très ennuyeux, rester des journées à lancer des mouches pour attraper un poisson, ça n’était vraiment pas pour moi ; et je m’y suis mise, j’ai pêché de l’aube jusqu’à onze heures du soir et j’ai adoré ça. J’étais favorisée, je pêchais dans les meilleures rivières." (Coco Chanel par Marcel Haedrich, Belfond 1987, p.103)
Winston Churchill, lui-même passionné de pêche et invité du Duc de Westminster, dans sa propriété en Ecosse, a reconnu les talents de Gabrielle Chanel dans ce sport peu commun pour une femme. "En deux mois, raconte-t-il, elle a pêché cinquante saumons." (Bendor, the Golden Duke of Westminster par Leslie Field, Weidenfeld & Nicolson, London 1983, p.200 à 202)

00/5
versailles-vu-par-karl-lagerfeld

Versailles vu par karl lagerfeld

L’exposition des photos de Karl Lagerfeld du château et des jardins de Versailles vient de fermer ses portes au public, mais son projet ne s’arrête pas là. Le créateur et photographe a l’intention de publier un livre dont l’ensemble des bénéfices servira à la restauration de ce patrimoine. Le succès de cette exposition a sans doute des raisons profondes dans l’inconscient historique français qui tient à l’originalité du regard posé par Karl Lagerfeld. Il en révèle moins le faste architectural et la gloire monarchique connue de tous, que la brutale disparition d’un monde dont les tristes sculptures, les vertigineuses allées et les sombres bassins sont comme les témoins enfermés dans un silence minéral.

00/3
mobile-art-in-new-york

Le mobile art à new york

Après Hong Kong et Tokyo, le pavillon futuriste construit par Zaha Hadid pour CHANEL arrivera à New York le 20 octobre.

C’est au cœur de Central Park, sur le Rumsey Playfield, à la hauteur de la 70ème rue, que cette exposition itinérante d’art contemporain ouvrira ses portes au public. Le lieu n’a pas été choisi par hasard par Karl Lagerfeld. Central Park est l’unique et gigantesque espace naturel de déambulation et de respiration dans une ville vouée à la « culture de la congestion » : concentration architecturale maximale, rationalisation, répétition, systématisme, verticalité... L’architecture du pavillon Mobile Art, fluide et organique va dialoguer avec les formes du parc et contraster avec l’architecture new yorkaise qui se profilera derrière les frondaisons des arbres.

Hasard du calendrier, l’ouverture de Mobile Art à New York coïncidera avec l’anniversaire des 150 ans du parc. L’entrée de l’exposition est gratuite sur inscription par internet.

Le magazine « CHANEL Mobile Art » réalisé spécialement sur New York sera offert aux visiteurs.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site www.chanel-mobileart.com

Partager

Le lien a été copié