CHANEL NEWS

hautecouture-hauteculture-by-elisabeth-quin

HAUTE COUTURE, HAUTE CULTURE...
PAR ELISABETH QUIN

La Haute Couture est tissée de rêve, de labeur, d’or et d’exception. Elle est un hymne à la main de l’artisan du luxe, une folie assumée, un dinosaure fabuleux, une Atlantide dont le miroitement nous émeut deux fois par an, nous rappelant qu’aux temps de la mondialisation et de la fabrication industrielle, un sanctuaire demeure, celui du vêtement fait-main, fait d’amour, fait de centaines, voire de milliers d’heures de travail.
La Haute Couture est une appellation juridiquement contrôlée mais poétiquement incontrôlable !
Elle fait vivre aujourd’hui en France des artisans, des ateliers, des fournisseurs qui transmettent aux nouvelles générations leurs fabuleuses pratiques. La maison Chanel a acquis et regroupé plusieurs de ces ateliers, dont le brodeur Lesage et le plumassier Lemarié, permettant la transmission des savoir-faire, et la pérennisation de ces métiers... d’art !
Trésor national français, la Haute Couture a été néanmoins inventée par un anglais : Charles Worth, sous Napoléon III. La France, qui avait étêté un roi à peine un siècle auparavant, comprit vite que le luxe pouvait être un irremplaçable ambassadeur du savoir-faire français.
Après Worth, les couturiers Callot, Patou, Poiret, Vionnet, Lanvin habillèrent les femmes, sans toujours penser au corps des femmes...
Et puis arriva Gabrielle Bonheur Chanel, dite Coco, cigarette au bec et mains dans les poches, nonchalante, allurée, follement élégante dans ses fluidissimes ensembles de jersey, qui libéra les femmes. Il fallait y penser. Il fallait posséder cette assurance, ce don d’anticiper sur les envies et les désirs des femmes qu’elles-mêmes ne connaissaient pas encore. Chanel révolutionnaire et prophétique ? Certes !
La collection Haute Couture Printemps-Été 2011 de la maison Chanel a établi une lumineuse passerelle entre les années 20 et le XXIe siècle.
Des tailles basses, des bustes menus, des pieds légers, chaussés de ballerines aux attaches transparentes, des couleurs de nuages, de perle, des ondées de paillettes irisées, des tuniques brodées portées sur des jeans Couture allongeant indéfiniment la jambe : plus juvénile, plus aérienne que jamais, réfutant toute lourdeur bourgeoise, la collection est d’une grâce absolue, et le luxe des matières s’y exprime avec un sens consommé de l’understatement.
Celui qui était une deuxième nature pour Coco Chanel...


Photo : Benoît Peverelli

00/7
off-the-catwalk-5

OFF THE CATWALK

Spring-Summer 2011 Haute Couture show, Pavillon Cambon Capucines, Paris

Photos: Delphine Achard

Partager

Le lien a été copié