CHANEL NEWS

eden-roc-cruise-collection-by-elisabeth-quin

Thursday, May 19, 2011

EDEN-ROC, COLLECTION CROISIÈRE
PAR ELISABETH QUIN

« Un miracle de lumière écumeuse suspendue aux étoiles » : c’est ainsi que le romancier Scott Fitzgerald évoquait dans les années 20 la magie de la Côte d’Azur, et c’est ce même miracle qui a nimbé la soirée Croisière à l’Eden-Roc lundi 9 mai.
Ayant traversé lentement la pinède enchantée de l’Hôtel du Cap, Vanessa Paradis, Caroline de Monaco, Anna Mouglalis, Blake Lively, et une poignée d’heureux du monde prirent place aux petites tables installées de part et d’autre de l’allée centrale menant à la mer. Un printemps en pente douce, comme si la terre penchait... Les premiers passages définirent magistralement la collection : moins « juvénile sixties » que la Croisière tropézienne 2010/11, cette collection Croisière a été voulue très feminine, très sexy, très glamour par Karl Lagerfeld, pleine de clins d’oeil à la mythologie azuréenne des années 20, 30 et 40, mais sans nostalgie. La nostalgie c’est l’ennemie du mouvement. Focus sur des tailleurs jaunes jonquille et mauves très près du corps, comme une deuxième peau, chahutés par de géniales bottes futuristes néo-japonaises, découpées autour des orteils : la silhouette est longue, l’allure contemporaine !
Le noir et blanc géométrique d’un gilet, d’une cape fluide rappelle une composition picturale de Fernand Léger datant des années 20. Une série de maillots de bain strassés, très échancrés sur les fesses font penser aux fantasques Marie-Laure et Charles de Noailles et à leur film d’art gymnastique et d’avant-garde, « Biceps et Bijoux ». Bijoux, justement, et cailloux sublimes ! La joaillerie est la reine de la collection, une petite robe noire quintessentielle de Chanel est sublimée par un collier Comète en diamants, posée sur l’épaule de Karolina Kurkova. Ici, dans ce monde suspendu entre rêve et réalité, sur cette Riviera légendaire, les bijoux comme les marquises sortent à 5 heures, et prennent des bains de mer. « Le sel marin, ça corrode les bijoux fantaisie, alors que les diamants adorent l’eau de mer. Ça suffit, les vieux diktats sur la joaillerie réservée au soir ! » s’amusait Karl Lagerfeld.
Moment quasi-cinématographique, le passage de Kirsten Mc Menamy entourée de jeunes hommes beaux comme des astres : il y a soudain un parfum hollywoodien dans l’air du soir, comme si la Rita Hayworth des années 40, l’épouse d’Ali Khan était parmi nous, mais à des années-lumières, glam’ oblige. A moins que ces personnages en cardigan à côtes et trenchs merveilleusement aériens ne soient le Beau Gosse, Perlouse et La Championne de Tennis, tout droit sortis du « Train Bleu », l’opérette musicale de Cocteau et Milhaud, dont Coco Chanel fit les costumes en 1924.
Après La Croisière et ses muses d’hier et d’aujourd’hui, collection renversante de chic intemporel, l’on alla s’asseoir sur des petites chaises en bois pour découvrir le nouveau moyen-métrage de Karl Lagerfeld, « Tale of a fairy », tourné en trois jours par le maestro, alternant entre noir et blanc et couleur, explorant l’androgynie et les intermittences du cœur, accueilli par des applaudissements épatés.
Vu la charge émotionnelle, la force des trois personnages féminins et la tenue de la mise en scène (Ophüls, Thomas Winterberg, sortez de ce corps !), on attend maintenant le court-métrage... La Fairy laissa sa place au Ferry : le dandy crooner Brian Ferry offrît un concert plus que privé, plus que parfait, en osmose avec l’élégance magique d’Eden-Roc et de la collection Croisière. Love is the drug. Beauty is a manifesto.

cannes-2011-uma-thurman

Tuesday, May 17, 2011

CANNES 2011 - UMA THURMAN

Uma Thurman, membre du jury du 64e Festival de Cannes, portait une robe Haute Couture en taffetas de soie gris rebrodé pour la montée des marches du film « Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence » de Rob Marshall.

cannes-2011-anamariavartolomei

Tuesday, May 17, 2011

CANNES 2011 - ANAMARIA VARTOLOMEI

Anamaria Vartolomei portait une robe Haute Couture en organza gris rebrodé de plumes, et une bague et un bracelet « Camélia Brodé » en or blanc et diamants Chanel Joaillerie pour la montée des marches du film « The Tree of Life » de Terrence Malick.

 

Partager

Le lien a été copié