CHANEL NEWS

orchestra-by-michel-gaubert

ORCHESTRE
PAR MICHEL GAUBERT

JARDIN D'EDEN - THOMAS ROUSSEL

Tout est parti d’une boutade lancée par Karl Lagerfeld dans le studio Chanel en juillet dernier.

Alors que l’on parlait du défilé du mois d’octobre, du décor de jardin à la française dans le Grand Palais et de « L’année dernière à Marienbad » comme inspiration de la collection, Karl se pose la question musique à laquelle il répondra par grand orchestre.

Une idée de taille puisqu’il s’agit de faire jouer un orchestre de 80 musiciens en plein milieu du Grand Palais, un lieu magique dont l’acoustique n’est pas le point d’orgue.

Thomas Roussel, jeune chef d’orchestre plein d’idées, sera l’homme de la situation avec qui les collaborations sont toujours agréables et abouties. Au fil de nos discussions, nous élaborerons une bande son cinématique qui sera notre idée de « L’année dernière à Marienbad », dont la musique originale composée par Francis Seyrig aurait été trop schizophrène pour la présentation de la collection.

Nous décidons alors de faire une interprétation de musiques issues de la pop culture, assez connues pour interpeller le spectateur sans non plus donner la clé dès les premières notes. Le choix se porte sur deux compositions de Bjork, ‘Isobel’ et ‘Bachelorette’, sortes de mini symphonies en elles même auxquelles on mélange un thème culte de John Barry, une composition exclusive de Thomas ‘Jardin d’Eden’ avant de conclure sur la version instrumentale de ‘Last Time’ des Rolling Stones que The Verve avait empruntée et rebaptisée ‘Bittersweet Symphony’.

Pendant deux mois, nous nous échangeons des sons, Thomas écrit sa partition sur ordinateur, un peu comme une modéliste bâtit sa toile et attendra l’approbation finale avant de la retranscrire pour chaque groupe d’instruments.

Il y aura en tout huit répétitions pour mettre au point la partition et l’adapter au défilé, la première est la plus délicate car elle se passe dans une salle en extérieur et les musiciens de l’orchestre Lamoureux découvrent les mélodies et les arpèges qu’ils devront perfectionner en 48 heures. Les violons grincent un peu, les rythmes s’entrechoquent c’est normal, c’est le début, Thomas domine la situation et je suis le seul à m’inquiéter des fausses notes et des sonorités atonales.

La veille au soir, ultime répétition dans un Grand Palais sublimé par les jardins qui semblent lui appartenir depuis toujours, Karl Lagerfeld et son studio regardent les mannequins qui défilent en civil portées par la musique parfaitement au point. C’est le moment le plus privilégié dans l’élaboration d’un défilé car tout est encore fragile, chaque intervention devient complément de l’autre, toutes les équipes sont là et deviennent complices de cette mise en scène imaginée par Karl Lagerfeld.

Le jour J, l’orchestre monte sur scène devant plus de 2000 personnes, impeccable dans les cardigans que Karl leur a dessiné, à la fois timide et emballé à l’idée de tenir ce rôle, 5-4-3-2-1 Go, on retient son souffle, le temps s’arrête, pas le droit à l’erreur on est en direct, les mannequins parées de tweeds d’argent et de plumes chers à Mademoiselle Chanel, apparaissent de chaque côté du grand escalier incarnant les héroïnes d’un film que l’on appellera ‘L’année prochaine à Marienbad’.

Deux mois de travail, dix neuf minutes de défilé, une émotion qui restera gravée dans nos mémoires.

Thomas Roussel composera ‘Jardin d’Eden’, suite symphonique pour le film diffusé sur le web.

chanel-to-donate-mobile-art-exhibition-pavilion

CHANEL FERA DON DU
PAVILLON DE L’EXPOSITION MOBILE ART

Chanel a décidé de faire donation à l’Institut du Monde Arabe du pavillon d’exposition créé par l’architecte britannique d'origine irakienne Zaha Hadid, lauréate du Pritzker Prize (2004). Ce pavillon a accueilli en 2008 des œuvres d’artistes contemporains s’exprimant autour des valeurs du sac de Chanel.

Chanel souhaite aujourd’hui pérenniser cette œuvre conçue par l’une des plus grandes architectes contemporaines.

Ce pavillon exceptionnel, qui a marqué les esprits par son originalité lors de ses différentes escales dans le monde, a retenu l’attention de l’Institut du Monde Arabe qui a contacté Chanel pour lui faire part de son grand intérêt à l’accueillir en son sein.

C’est au début de l’année 2011 que ce pavillon sera implanté sur le parvis de l’Institut du Monde Arabe, au milieu d’un environnement architectural unique et dans le cadre d’une institution culturelle prestigieuse et accessible à tous au cœur de Paris.

Dès lors, l’Institut du Monde Arabe y poursuivra une politique d’expositions orientée vers la création contemporaine en relation avec les pays arabes.

00/13
celebrities-review-6

VUS AU GRAND PALAIS

Celebrities at the Spring-Summer 2011 Ready-to-Wear show
Grand Palais, Paris, October 5th

Photos: Delphine Achard

window-shopping-8

MISE EN SCÈNE

Vitrine au Bon Marché, Paris : Chanel détourne les codes du sac iconique 2.55.

Exposition « Le Bon Marché fait son Numéro » jusqu'au 16 octobre

Le Bon Marché
24, rue de Sèvres
75007 Paris

00/16
a-day-at-the-chanel-show-by-alex-loves

UNE JOURNÉE AU DÉFILÉ CHANEL
PAR ALEX LOVES

9h : J’arrive dans les coulisses au Grand Palais pour mon tout premier défilé Chanel, et me trouve dans un backstage maquillage en effervescence, des habilleurs se frayant un chemin à travers les vêtements du défilé, le traiteur installant un bon petit-déjeuner, pendant que l’orchestre se prépare en arrière-plan. L’heure d’arrivée était 5h30, alors je ne fais qu’assister aux dernières retouches.

9h15 : Répétition finale. Comme c’est la première fois que Chanel investit le Grand Palais en entier, il y aura un nombre monumental de 84 mannequins, dont la chorégraphie devra être parfaite ! Même sans les vêtements, tout semble déjà extraordinaire ! On me présente Karl Lagerfeld, qui surveille lui-même la scène tout entière.

9h30 : Les gens commencent déjà à arriver, même si le défilé ne débute pas avant une heure. À l’intérieur, c’est le calme avant la tempête, alors j’en profite pour sortir prendre des photos de la foule, mais il se met à pleuvoir et les parapluies m’empêchent de voir. La foule Chanel est incroyablement stylée et souvent habillée de la marque de la tête aux pieds. C’est vraiment une vue géniale ! Je bouscule l’extraordinaire blogger Bryanboy en coulisses, quel look incroyable !

10h15 : Les choses s’apprêtent vraiment à commencer. Dehors la queue s’allonge, derrière la scène les mannequins finissent d’être maquillés et se reposent avant que la folie ne démarre. Les gens commencent à entrer et chacun paraît abasourdi par la splendeur du lieu cette saison.

10h30 : Le Grand Palais se remplit vite, et les célébrités continuent d’arriver une à une. Mon siège est juste à côté de l’endroit où elles sont photographiées, alors j’ai une vue de premier ordre. Alexa Chung, Lily Allen, Rachel Bilson, Vanessa Paradis, Keira Knightley, Lou Doillon, Virginie Ledoyen – pour n’en nommer que quelques unes. La file de belles jeunes femmes habillées en Chanel a l’air sans fin ! La sublime Claudia Schiffer arrive devant moi et provoque une meute de paparazzi.

11h05 : L’heure du défilé ! L’orchestre commence et les mannequins entrent en scène. L’immense collection va d’une variété de tweeds classiques en noir et blanc et de couleurs pastel estivales à des robes aériennes en tissu floral, pour finir par des tenues du soir noires (à part une seule création époustouflante en plumes abricot). Je tombe amoureuse des épaisses sandales à plate-forme, qui ont l’air si confortable - aucun stiletto en vue ! La foule entière se dissipe lorsqu’arrive le top model Brad, accompagné de son fils de 2 ans sur le podium, habillé exactement comme lui. Inès de la Fressange, qui était muse de Chanel, est applaudie quand elle apparaît au final avec un large sourire. Pendant que l’orchestre joue The Bittersweet Symphony de The Verve, Karl Lagerfeld salue les invités, suivi de près par sa “cour”, puis par le reste des mannequins. Cette scène entière m’a donné la chair de poule : un pur moment de Mode.

11h25 : Cocktail post-défilé, et c’est le chaos car tout le monde veut photographier ou interviewer les célébrités. Des gens montent sur la fontaine pour filmer, d’autres tentent désespérément d’entrer en coulisses. Il y a des appareils photo et des microphones partout, et chacun attend l’homme du jour, Karl Lagerfeld. Il arrive ensuite, pose avec quelques-unes de ses muses, comme Keira Knightley, puis s’adresse à l’assemblée de journalistes.

13h : Le Grand Palais se vide doucement. Karl Lagerfeld donne toujours des interviews, comme il le fera tout au long de l’après-midi, mais mon appareil photo est déchargé, et il est temps de prendre une pause bien méritée. Dehors, une foule essaie toujours de capter quelques vibrations du défilé, les guetteurs de tendances espèrent capturer des clichés de personnes stylées, des touristes posent devant le sigle de Chanel. Mais le spectacle est terminé, alors avec mon appareil photo plein de souvenirs merveilleux - et une pochette surprise remplie de maquillage Chanel - je dois dire au revoir au Grand Palais et à mon premier défilé Chanel avec regret.

00/3
now-playing

À L'AFFICHE

Images de la robe spécialement dessinée par Karl Lagerfeld pour Léa Seydoux dans « Le Petit Tailleur » réalisé par Louis Garrel.

Film distribué par MK2 Diffusion, actuellement au cinéma

 


Partager

Le lien a été copié