CHANEL NEWS

Photos par Anne Combaz, Lily Rose Depp par Vittorio Zunino Celotto
00/13
the-guests

Photos par Anne Combaz, Lily Rose Depp par Vittorio Zunino Celotto

LES INVITÉS

Défilé Haute Couture Printemps-Été 2017 au Grand Palais.

credits
credits

© Olivier Saillant

spring-summer-2017-haute-couture

© Olivier Saillant

HAUTE COUTURE PRINTEMPS-ÉTÉ 2017

C'est l'atmosphère Art Déco du 31 rue Cambon et le jeu de miroirs fragmentés tapissant les murs du célèbre escalier imaginé par Gabrielle Chanel qui ont inspiré le décor du défilé Haute Couture Printemps-Été 2017 présenté sous la nef du Grand Palais.

Un immense cylindre habillé de multiples miroirs au centre de la scène, le sol entièrement recouvert de miroirs fumés reprenant le motif matelassé, de grands bouquets d'arums ponctuant l'espace, dans cet extraordinaire palais des glaces Karl Lagerfeld a fait défiler près de 70 modèles.

Fil rouge de la collection, une palette déclinant des tonalités délicates illuminées de notes métallisées mise au service d'une silhouette impeccablement dessinée dans l'esprit d'une Haute Couture dont l'élégance tient à l'absence de tout superflu. Les couleurs pastels (beige, rose, jaune, vert, bleu), comme les gris et les blancs s'associent à des touches d'argent, de paillettes, de tons irisés qui en accentuent la fraîcheur. La ligne très féminine se dessine, avec une ceinture qui se porte au-dessus de la taille, des épaules structurées, des hanches soulignées. Le tailleur adopte ces lignes, ceinturé, parfois drapé à la taille accompagné d'une jupe tulipe, adouci par une lavallière, il devient robe-manteau en trompe l'oeil. Sous des manteaux de tweed irisé jupes et robes plissées aux couleurs claires jouent le contraste.

Le soir est somptueux : fourreaux ou robes à grands volumes, étoles de tulle, bustiers, longues jupes, les matières précieuses et aériennes font souffler un vent de légèreté. Radzimir, satin duchesse, organza, taffetas, dentelles floquées et plastifiées, tulle, jacquard, georgette, s'habillent de broderies précieuses et de bordures de plumes.
Et toujours la taille haute qui souligne avec grâce la fluidité ou le volume, accentue le sentiment de légèreté que magnifient les touches argentées, les feuilles de Rhodoïd, le scintillement des paillettes, les broderies de miroir.

Petites têtes aux cheveux plaqués évoquant une version contemporaine des coiffures à la garçonne, les mannequins sont parfois coiffées le jour d'un canotier aplati basculé vers l'arrière. Tous les modèles de la collection défilent sur de hauts escarpins en cuir argent, ou chaussées de précieuses cuissardes brodées.

Françoise-Claire Prodhon

ENTRETIEN AVEC KARL LAGERFELD

Par Susannah Frankel

Partager

Le lien a été copié