CHANEL NEWS

london-opening-by-alex-loves

OUVERTURE À LONDRES
PAR ALEX LOVES

La Petite Veste Noire de Chanel est finalement arrivée à Londres la nuit dernière, avec une somptueuse soirée privée d’ouverture à la galerie Saatchi où l’exposition se tiendra jusqu’au 28 octobre.

Malgré la pluie battante, la fine fleur de Londres s’est déplacée pour voir l’exposition célébrant l’iconique veste noire de Chanel. Déployée sur quatre salles, La Petite Veste Noire consiste en 113 photographies en noir et blanc, prises par Karl Lagerfeld, dont le stylisme est l’œuvre de Carine Roitfeld, représentant quelques-uns des visages les plus connus, et aussi d’autres un peu moins-, du monde de la mode, du design, de l’art et de la musique, portant chacun la veste d’une manière unique.

Le stylisme de la veste peut bien avoir quelques décennies, la soirée d’hier a prouvé qu’elle était toujours et plus que jamais à la pointe de la mode, bon nombre d’invités la portant fièrement. La plus jeune invitée de la soirée, Chloë Moretz, a montré qu’à tout juste quinze ans, il n’y a pas d’âge pour porter un vrai classique, alors qu’elle mixait la sienne avec de simples pantalons noirs et une fraîche chemise blanche. D’autres visages célèbres tels que Eva Herzigova, Yasmin Le Bon, Poppy Delevingne, Tallulah Harlech, Bip Ling, Henry Holland, Laura Bailey, Zaha Hadid, Lou Doillon and Noomi Rapace, pour n’en nommer que quelques-uns, ont été aperçus ainsi que Karl Lagerfeld et Carine Roitfeld qui ont fait leur apparition.

Le mannequin Alice Dellal, avec son style punk rock purement londonien, incarne à la perfection la polyvalence de la veste. Alors qu’elle portait une simple robe blanche Chanel et une veste hier soir, son portrait dans l’exposition personnifiait exactement le fait que cette pièce iconique s’adapte à celui qui la porte. Posant devant sa photo, sa mère Andrea Dellal l’a regardée fièrement et s’est exclamée : « Vous voyez, une petite veste noire, ça va à tout le monde ! On ne peut jamais mal la porter ! »

Et il n’y a pas que les femmes qui ont craqué pour la veste iconique de Chanel au fil des ans, beaucoup d’hommes sont aussi représentés sur les clichés. Le designer Haider Ackermann et l’acteur Waris Ahluwalia, dont les photos font partie de l’exposition, ont joyeusement exprimé leur amour de la veste hier soir.

Les affiches à emporter ont eu un vif succès auprès des invités, qui ont fait la queue pour rapporter des copies à la maison des tirages en noir et blanc de Lily Donaldson, Georgia May Jagger et Astrid Bergès-Frisbey.

S’il n’y a qu’une chose à retenir de la Petite Veste Noire, c’est son intemporalité et sa faculté d’adaptation. Ça a juste l’air de marcher pour tout le monde - quel que soit votre âge, votre sexe, votre style, - un fait aussi bien démontré par les photos que par les invités hier soir. Une citation éclairée sur un mur noir à la fin de l’exposition explique son allure parfaitement en une phrase : « Il y a des vêtements qui ne cessent de se régénérer au lieu de vieillir. » C’est exactement ce que fait la Petite Veste Noire. Allez le voir avant qu’elle ne parte encore !

CHANEL À LONDRES

Film de la soirée d'ouverture de l'exposition photos La Petite Veste Noire, Londres, 11 octobre

Interviews par Elizabeth Von Guttman et Alexia Niedzielski

Musique :
Lou Doillon "I.C.U"

00/13
80th-anniversary-of-the--bijoux-de-diamants--collection-original

COLLECTION "BIJOUX DE DIAMANTS"
80ÈME ANNIVERSAIRE

80ème anniversaire de la collection "bijoux de diamants" créée en 1932 par Gabrielle Chanel
New York, 9 octobre

spring-summer-2013-ready-to-wear--br---by-elisabeth-quin

PRÊT-À-PORTER PRINTEMPS-ÉTÉ 2013
PAR ELISABETH QUIN

Avec la collection Printemps-Eté 2013 présentée au Grand Palais, Chanel fait un peu plus qu’une proposition de mode : c’est presque une proposition de société qui a défilé mardi matin au milieu d’un champ d’éoliennes!

Légèreté, naturel, jeunesse folle, mobilité, luxe sans ostentation, empathie avec les autres, inventivité, une façon ludique de signifier en cet automne 2012 : à bas les énergies et la mode fossiles !

La Maison Chanel épouserait-elle les thèses de l’essayiste américain Jeremy Rifkin, le théoricien de la troisième révolution industrielle qui plaide pour la mise en place d’une économie décarbonée ?

De fait, les modèles présentés exultaient de fraîcheur, de couleurs : violet pour un ensemble pantalon et veste manches 3/4 avec galon vert émeraude, bleu Klein pour un tailleur et une robe floue, rose et mauve pour un ensemble robe et pantalon en satin, rouge carmin pour un manteau mi-long ample en cuir souple, sable pour une micro-robe bustier en agneau plongé, marron glacé pour une succession éblouissante de robes du soir jouant sur les effets de matelassage, de transparence, de fluidité.

Le tweed emblématique de la Maison, mais multicolore, tour de force textile, fut une apothéose chromatique, ravissant sur un ensemble robe boule et haut à manches gigot signées par une bordure fuchsia, explosif dans une version ultra-colorée sur un luxueux et affolant ensemble short-veste à manches bouffantes ou une robe ample et courte, aux manches 3/4, brodée de paillettes mordorées à mi-cuisses («une étrange couleur bronze dorée», ainsi Homère décrit il dans l’Odyssée l’ile de Stromboli, royaume d’Eole...). Forte impression rétinienne procurée par ce tweed aux mille couleurs de l’été...

Du blanc, enfin, sur des cols Claudine chers à Gabrielle Chanel, des cols Pierrot, ou un noeud de belle enfant sage posé devant une robe à encolure ronde, une robe polo en tweed et popeline blanche, pour une néo-Suzanne Lenglen à Eden Roc, du blanc encore avec cette série du soir, un soir d’été frais comme un sorbet, ô combien raffiné : des robes bustier blanches, deux courtes et trois longues, en résille ou piqué, brodées de fleurs de rhodoïd ou de cabochons de perles.

La silhouette de l’été 2013 est longiligne (merveilleuse utilisation de la résille noire pour un ensemble pantalon aussi élégant que graphique et sensuel) , flirtant avec l’androgynie, inscrite à jamais dans l’ADN de la femme Chanel; le torse est menu, parfait pour les robes bustier, temps fort de la grammaire de cette collection, pour les mini-boléros et les micro-vestes; symétriquement, les jambes n’en finissent pas, exaltées par des micro-shorts et mini-jupes, chevilles valorisées par les robes- boule.

Les accessoires conjuguent l’intemporel Chanel et la modernité: bracelets et colliers de perles, profusion de perles à effet «caviar», capelines immenses à bords transparents en plastique coloré.

Décidément oui, Karl Lagerfeld a dessiné et créé une silhouette, une femme toujours plus jeune, plus impétueuse et allurée, qu’«un flux de zéphyr, un vent portant» (Homère) mènera sans faille vers l’été.

00/14
celebrities-review

VUS AU GRAND PALAIS

Célébrités au défilé Prêt-à-Porter Printemps-Eté 2013
Grand Palais, Paris, 2 octobre

Photos par Delphine Achard

Partager

Le lien a été copié