gabrielle-chanel-and-biarritz

GABRIELLE CHANEL ET BIARRITZ

L’histoire entre Gabrielle Chanel et la Côte Basque commence en 1915. C’est Arthur "Boy" Capel, qui lors d’une permission, lui fait connaître Biarritz. Dans cette station balnéaire réputée, la guerre qui fait rage semble bien loin : beaucoup de femmes fortunées ont fui Paris pour y trouver refuge, coulant des jours paisibles au bord de l’océan. Gabrielle Chanel est séduite par l’atmosphère à la fois sportive et mondaine de Biarritz. C’est là qu’elle décide d’ouvrir sa première maison de couture cette même année 1915, dans une villa qui fait face au casino.

Le succès est immédiat, l’Espagne toute proche est un pays neutre, et les commandes affluent, en provenance de La Cour et des grandes fortunes espagnoles, mais aussi d’une clientèle française séduite par le luxe novateur de Chanel. Biarritz est aussi depuis le XIXème siècle le lieu de villégiature de l’aristocratie russe qui y a acquis ou construit de nombreuses villas. A la chute du tsar beaucoup d’entre eux y trouvent refuge. C’est à Biarritz, qu’en 1920 Gabrielle Chanel revoit le Grand-Duc Dimitri Pavlovitch, cousin du tsar avec lequel elle a une liaison jusqu’en 1922, passant beaucoup de temps avec lui dans différentes villas de la côte basque. En 1920, Gabrielle Chanel est devenue une référence en matière d’élégance, imposant une modernité dont elle est la meilleure ambassadrice. Silhouette sans entraves, chevilles dégagées par des jupes et des robes raccourcies, vêtements simples aux lignes étudiées, matières souples comme cette maille de jersey si confortable dont elle fait des tenues de plages, mais aussi des ensembles jupes et vestes qu’elle est la première à porter.

Libre, goûtant la vie de plein air et la modernité en marche, Gabrielle Chanel s’expose au soleil, raccourcit ses cheveux. Les femmes très vite lui emboîtent le pas, imitant cette allure qui préfigure les profonds changements d’une société qui plonge dans le XXème siècle.

Françoise Claire Prodhon

Photo © CHANEL - Collection Bernstein-Grüber

Partager

Le lien a été copié