spring-summer-2014-haute-couture-by-francoise-claire-prodhon

Friday, January 24, 2014

HAUTE COUTURE PRINTEMPS-ÉTÉ 2014
PAR FRANÇOISE-CLAIRE PRODHON

Pour la présentation de la collection de Haute Couture Printemps Eté 2014, Chanel a pris le parti d’une scénographie minimaliste. Sous la verrière du Grand Palais, une architecture constituée de hautes cloisons d’un blanc incandescent et de panneaux d’acier poli , découvrait dès l’ouverture du défilé un grand escalier d’où descendaient les mannequins. Dans cette atmosphère de club, le concert live de Sébastien Tellier en costume bleu et rose, accompagné d’un orchestre vêtu de blanc, donnait le ton.

Karl Lagerfeld excelle dans l’art de donner une image contemporaine de la Haute Couture. C’est un sentiment de jeunesse, de liberté, de légèreté qui s’exprime à travers une collection dénuée de tout détail superflu, dans laquelle le luxe réside dans le raffinement extrême des matières, la justesse des silhouettes flirtant avec l’épure. Si la ligne et l’allure sont parties intégrantes du vocabulaire de Chanel, elles sont magnifiées par un sentiment de fraicheur et de fluidité présent d’un bout à l’autre des 64 passages de la collection.

Karl Lagerfeld conçoit le tailleur Chanel selon de nouvelles proportions :
La taille dégagée et prise dans un corset , définit au plus près une silhouette, sur laquelle se posent veste courte et jupe taille basse. Cette ligne à la fois déliée et structurée, est ponctuée d’accessoires (coudières, genouillères, ceintures bananes) dans un esprit urbain et chic. Tweeds tissés, parfois rebrodés, couleurs claires (du blanc immaculé à l’ivoire, du rose poudré au rose orangé ou malabar, des gris perles ou irisés, du mauve, des lamés), adoucissent ces silhouettes graphiques en leur apportant de la fraicheur. Robes fluides, tailleurs vestes longues sur pantalons étroits découvrant la cheville, Karl Lagerfeld a pris le parti d’alléger encore l’esprit de cette collection en chaussant chaque modèle de sneakers assortis y compris pour le soir.

Ce dernier, sublime, conserve la même fluidité, une simplicité des lignes qu’exalte la légèreté de matières toutes en transparences : mousselines, dentelles, tulles, étoffes aériennes parfois rebrodées de paillettes ou habillées de plumes constellées d’éclats métalliques. Les robes du soir affichent une nouvelle longueur dégageant la cheville. Là encore Karl Lagerfeld privilégie les couleurs fraiches, et les tonalités nacrées ou irisées, qui jouent avec la lumière. Même si le noir plus théâtral fait quelques apparitions.

Croquis par Karl Lagerfeld

Partager

Le lien a été copié