coco-and-misia--br---by-justine-picardie

COCO ET MISIA
PAR JUSTINE PICARDIE

Extrait du livre : CHANEL – SA VIE (Publié par STEIDL)

« Misia – qui était si célèbre à l’époque que le Tout-Paris la connaissait sous son prénom – rencontrera Chanel en 1917. Fascinante et capricieuse, Misia est alors « la reine de Paris », une muse qui règne sur le monde artistique depuis sa jeunesse et dont tous les verdicts sont suivis par une cour attentive. « J’admire chez Misia cette joie de vivre qui se dissimule sous une mauvaise humeur constante, ce profond équilibre dans le désespoir », notait Paul Morand dans son journal en avril 1917. « Et puis Misia, c’est Misia, quelqu’un de sans pareil et, comme dit Proust, un monument. » Elle posa pour Renoir, Vuillard, Lautrec et Bonnard, inspira Proust et Mallarmé, fut l’égérie de Ravel et de Debussy, et un sujet de conversation sans fin entre Cocteau et Picasso. Pianiste de talent, Misia avait joué enfant des pièces de Beethoven sur les genoux de Liszt. « Ah ! si seulement je pouvais jouer comme cela ! » disait-il alors avec son charme coutumier, tout en lui prédisant un avenir éblouissant. Elle reçut ensuite des leçons de piano de Fauré qui la considéra comme un prodige. La place de choix qu’elle occupait dans les cercles artistiques parisiens se vit encore renforcée par l’amitié profonde qu’elle noua avec Serge Diaghilev, le directeur de la troupe de ballets la plus réclamée dans le monde, celle des Ballets russes. Chanel était de onze ans sa cadette et n’occupait pas dans la société parisienne une position si privilégiée. Pourtant, Misia tomba sous son charme à l’occasion d’un dîner donné par Cécile Sorel, célèbre actrice de la Comédie Française et déjà cliente rue Cambon. »

Justine Picardie est l'auteur de cinq livres, dont ses Mémoires salués par la critique « If The Spirit Moves You », et le roman « Daphne » paru plus récemment. Ancienne directrice éditoriale chez Vogue et rédactrice du magazine Observer, elle écrit maintenant pour plusieurs autres journaux et magazines tels que le Times, le Sunday Telegraph et le Harper's Bazaar.

Exposition : Misia, reine de Paris. 12 juin – 9 septembre au musée d’Orsay, Paris.

Anonyme, Misia Natanson en robe noire, 1896-1897
Contretype d’une photographie argentique, 17,4 x 23,8 cm
Collection particulière
© Archives Vuillard, Paris

Partager

Le lien a été copié