31-rue-cambon-the-story-behind-the-facade

Wednesday, February 23, 2011

31 RUE CAMBON
UNE HISTOIRE DERRIÈRE LA FAÇADE

La rue Cambon, ouverte au XVIIIe siècle, porte le nom d’un célèbre révolutionnaire de la Convention, dont le père était fabricant de tissus.

Après la Révolution, les rues du quartier seront percées, détruisant un ensemble de bâtisses du Couvent de la Conception, dont ne subsiste aujourd’hui que Notre Dame de l’Assomption. On constate que les bâtiments construits par la suite sont issus du classicisme, un style architectural privilégiant les lignes pures et la rigueur des proportions, symétriques et horizontales. Les façades sont lisses, le volume des édifices est unifié.

C’est dans cette rue que Gabrielle Chanel ouvre sa boutique de chapeaux « Chanel Modes » en 1910. Une ouverture qui a lieu au 21 rue Cambon, en plein cœur du quartier de l’élégance à deux pas de la Place Vendôme, et de la rue du Faubourg Saint-Honoré, synonyme de luxe et de tendances.

Au XIXe, quelques écrivains français tels que Stendhal et Chateaubriand séjournèrent aussi dans la rue Cambon et Chanel y côtoya également le célèbre caricaturiste SEM qui fit la première publicité pour son parfum, CHANEL N°5.

Rapidement reconnue pour ses talents de modiste, Gabrielle décide de s’agrandir et ouvre à partir de 1918, une nouvelle boutique à l'adresse du 31. C’est ici qu’elle invente le concept de la boutique contemporaine : dès 1921 des accessoires sont proposés aux côtés de son premier parfum, le N°5, puis des bijoux et des produits de beauté pour accompagner ses vêtements et chapeaux.

La rue Cambon devient alors le fief de Gabrielle Chanel. Elle aménage son territoire dans cet immeuble du XVIIIe siècle : au rez-de-chaussée, la boutique, au premier étage le grand salon où sont présentées les collections. C’est aussi dans ce grand salon qu’ont lieu les essayages de Haute Couture. Puis l’escalier tapissé de miroirs mène à son appartement au deuxième étage, lieu intime peuplé de ses trésors. Au dessus, le studio où travaille aujourd’hui Karl Lagerfeld puis les ateliers, baignés de lumière jusque sous les toits. Elle y abrite toutes ses activités : atelier de bijoux, de chapeaux, atelier sport, … Cette configuration, imaginée par Gabrielle Chanel est restée intacte.

Dans les années 20, Chanel s’étendra pour occuper jusqu’à cinq immeubles en 1927, du 23 au 31 rue Cambon.

Partager

Le lien a été copié