summer-album-playlist-by-michel-gaubert

Monday, August 9, 2010

SUMMER ALBUM PLAYLIST
PAR MICHEL GAUBERT

KELE : THE BOXER
Après avoir été pendant huit ans à la tête de Bloc Party, Kele montre aujourd’hui ses poings pour mettre KO les dance floors qui interdisent les blondes US à tendance euro-dance… Une production impeccable en collaboration avec XXXChange qui séduira les plus réticents aux sports de combat.

WALLS : WALLS
(KOMPAKT)

Solaire et psychédélique, sans tubes et sans reproches, idéal sous la coupole du grand palais ou sous une voie lactée estivale, la rave d’une nuit d’été.

SLEIGH BELLS : TREATS
(MOM + POPS RECORDS)

Le duo de Brooklyn, dont l’album est une pièce montée à l’adrénaline sans faux sucre, un « wall of sound » qui est deux fois mieux en live et qui saura décoiffer les premiers rangs des concerts ou encore mieux, des défilés.

THE ROLLING STONES : EXILE ON MAINSTREET REISSUE (BOX SET)
(ROLLING STONES RECORDS)

Rien que pour le morceau So Divine (Aladdin Story) et le dvd du film retraçant l’enregistrement de l’album dans la villa Nellcôte. Des looks et du son, une certaine décadence qui donne l’envie d’avoir pu y participer avec Mick, Keith, Anita et les autres.

LCD SOUNDSYSTEM : THIS IS HAPPENING
(DFA RECORDS)

James Murphy confirme son talent de compositeur et producteur hors pair, des paroles « pince-sans-rire », Dance Yourself Clean, à recevoir comme message et mettre en repeat sur son iPod.

THE BLACK KEYS : BROTHERS
(NONESUCH)

Une mise à jour du rock des années 70, une pochette au graphisme inspiré du label Stax, le nouvel album des Black Keys nous met dans un état proche de l’Ohio dont ils sont originaires.

THE CHEMICAL BROTHERS : FURTHER
(ASTRALWERKS)

Leur formule chimique est unique, elle fait du bruit et de l’effet comme sur le morceau Horsepower, une chevauchée épique vrombissante ou Escape to Velocity, l’autoroute sidérale à 15 pistes. Pour ceux qui ont assez de mémoire vive, chaque titre est accompagné de son clip.

VARIOUS : DISCO DEVIANCE
(WHITE LABEL)

On ne se prend pas la tête avec la vague des édits disco, on danse tout simplement comme sur cette version électro live de Psycho Killer, pour ceux qui aiment s’adonner aux beats en boucle en talons de douze ou de cinq, dans les deux cas ça marche.

BEST OF BANGERS R MASHED VOL 2
(BROWN LABEL)

Le soundsytem de Londres qui met Janis Joplin, Janet et Michael Jackson et les Beatles dans un shaker avec une bonne dose de dub et qui secoue bien, sans prétention mais à fond les pistons.

JANELLE MONAE : THE ARCHANDROID
(THE WONDALAND ARTS SOCIETY)

La nouvelle venue de la soul, Minnie petite souris, beaucoup d’esprit et d’ambition comme sur le morceau Tightrope avec Big Boi d’Outkast.
Des looks à la Earth Wind and Fire qui sortent des sentiers trop battus par ses consœurs de la soul US qui n’ont plus que des stylistes pour les sortir de là.

BECK RECORD CLUB
A écouter et regarder chaque semaine sur son iPad, les séances de Beck qui invitent ses amis faire des covers dans son studio. En ce moment Inxs et Velvet Underground, avec St. Vincent, Feist et Devendra.

MOUNT KIMBIE : CROOKS AND LOVERS
Les années 90 repointent leur nez, les oreilles suivent avec le mouvement dubstep dont le premier album de Mount Kimbie est le plus bel ambassadeur. Les XX sont fans, on pense au Bristol de Tricky et Massive Attack, au dub de Brixton. Une bande-son abstraite pour l’été 2010.

DIRTY PROJECTORS AND BJÖRK : MOUNT WITTENBERG ORCA
Une rencontre de cordes vocales au sommet du Mount Wittenberg. Björk séduite pas les Dirty Projectors de Brooklyn leur propose une collaboration en multi-harmonies toute en douceur sur ces compositions qui parlent de baleines dont elle interprète la maman. Surprenant et intéressant.

Partager

Le lien a été copié