collection Haute couture
Printemps-Été 2020
La nef du Grand Palais s’est métamorphosée en un jardin de cloître le temps du défilé Haute Couture Printemps-Été 2020 à Paris, où la collection de Virginie Viard a été présentée. Le décor évoquait l’un des lieux marquants de l’enfance de Gabrielle Chanel : l’ancienne Abbaye cistercienne d’Aubazine.
Le décor
com-slideshow-img-alt 1
com-slideshow-img-alt 2
com-slideshow-img-alt 3

00/3

com-slideshow-img-alt 1
com-slideshow-img-alt 2
com-slideshow-img-alt 3

00/3

Les temps forts du défilé
Voir le film
Le défilé
Voir tous les looks
Voir le film
Images de la collection
com-slideshow-img-alt 1
com-slideshow-img-alt 2
com-slideshow-img-alt 3
com-slideshow-img-alt 4
com-slideshow-img-alt 5
com-slideshow-img-alt 6
com-slideshow-img-alt 7
com-slideshow-img-alt 8
com-slideshow-img-alt 9

00/9

Voir le film
Vu par Amy verner
“À l’extérieur du Grand Palais, le ciel était clair et l’air était frais. À l’intérieur, la lumière du jour, filtrée par l’immense verrière, illuminait un véritable décor printanier : une évocation du jardin du cloître de l’abbaye cistercienne d’Aubazine.

De la lavande et du romarin, des rosiers et du jasmin, des choux et des plants de tomates délicatement suspendues semblaient pousser dans ce jardin depuis des années. Autour, des bancs en pierre usés par le temps ; au centre, une fontaine d’où l’eau s’écoulait. Pendant que les invités prenaient place, une odeur de plantes, d’herbes et de fleurs flottait dans l’air… Gabrielle Chanel l’avait-elle sentie durant ses années passées au sein de l’orphelinat de l’ancienne abbaye ? Se promenait-elle dans le jardin pour se laisser aller à ses rêveries ?

Dans cet espace calme, imaginé par Virginie Viard pour le défilé Haute Couture Printemps-Été 2020 de CHANEL, l’évocation du passé tenait à la fois de l’intime et du merveilleux. Tandis que les mannequins traversaient un ensemble de larges draps, étendus comme du linge de maison séchant au soleil, chaque silhouette semblait conjuguer innocence et maturité. Les déclinaisons infinies du noir et du blanc, couleurs signatures de la Maison, sont une référence à cette période de la vie de Gabrielle Chanel. Si la robe noire portée par Gigi Hadid reflétait cette sobriété dans sa plus pure expression, la collection était d’une modernité absolue et d’une certaine nonchalance.
Les pèlerines et les cols Claudine – qui font écho aux uniformes de pensionnaires – ont été réinterprétés en dentelle ou ornés de broderies. Des associations de tulle et de tweed enveloppaient les silhouettes avec légèreté, tandis que des motifs entrelacés sur fond de sequins pastel rappelaient l’effet de la lumière qui passe à travers des vitraux.

Ce sont la simplicité et la sophistication qui confèrent à la beauté son caractère intemporel. Lors du final, lorsque les mannequins défilaient au rythme entraînant de la musique, Virginie Viard semblait célébrer ces éléments fondamentaux du style de CHANEL. Au cœur de ce jardin secret, ses créations se sont littéralement épanouies.”
Amy Verner
Vu par Amy verner
“À l’extérieur du Grand Palais, le ciel était clair et l’air était frais. À l’intérieur, la lumière du jour, filtrée par l’immense verrière, illuminait un véritable décor printanier : une évocation du jardin du cloître de l’abbaye cistercienne d’Aubazine.

De la lavande et du romarin, des rosiers et du jasmin, des choux et des plants de tomates délicatement suspendues semblaient pousser dans ce jardin depuis des années. Autour, des bancs en pierre usés par le temps ; au centre, une fontaine d’où l’eau s’écoulait. Pendant que les invités prenaient place, une odeur de plantes, d’herbes et de fleurs flottait dans l’air… Gabrielle Chanel l’avait-elle sentie durant ses années passées au sein de l’orphelinat de l’ancienne abbaye ? Se promenait-elle dans le jardin pour se laisser aller à ses rêveries ?

Dans cet espace calme, imaginé par Virginie Viard pour le défilé Haute Couture Printemps-Été 2020 de CHANEL, l’évocation du passé tenait à la fois de l’intime et du merveilleux. Tandis que les mannequins traversaient un ensemble de larges draps, étendus comme du linge de maison séchant au soleil, chaque silhouette semblait conjuguer innocence et maturité. Les déclinaisons infinies du noir et du blanc, couleurs signatures de la Maison, sont une référence à cette période de la vie de Gabrielle Chanel. Si la robe noire portée par Gigi Hadid reflétait cette sobriété dans sa plus pure expression, la collection était d’une modernité absolue et d’une certaine nonchalance.

Les pèlerines et les cols Claudine – qui font écho aux uniformes de pensionnaires – ont été réinterprétés en dentelle ou ornés de broderies. Des associations de tulle et de tweed enveloppaient les silhouettes avec légèreté, tandis que des motifs entrelacés sur fond de sequins pastel rappelaient l’effet de la lumière qui passe à travers des vitraux.

Ce sont la simplicité et la sophistication qui confèrent à la beauté son caractère intemporel. Lors du final, lorsque les mannequins défilaient au rythme entraînant de la musique, Virginie Viard semblait célébrer ces éléments fondamentaux du style de CHANEL. Au cœur de ce jardin secret, ses créations se sont littéralement épanouies.”
Amy Verner
Les invités
G-Dragon
Pharrell Williams
Anna Mouglalis
Laura Smet, Nicolas Maury,
Ana Girardot, Naomi Diaz
& Caroline De Maigret
Kristine Froseth,
Ellie Bamber
& Taylor Russell
NANA KOMATSU
Prix publics indicatifs. Pour plus d'informations légales, cliquez ici

Partager

Le lien a été copié