CHANEL NEWS

credits
credits

© Paloma Pineda

pearl-embroideries

© Paloma Pineda

BRODERIE DE PERLES

Les silhouettes de la collection Printemps-Été 2018 s’enveloppent de transparence. Couvertes de capelines de pluie, les modèles portent des vestes en vinyle parsemées de perles en forme de gouttes d’eau, allusion à une pluie de lumière.

transparency-at-play

EN TRANSPARENCE

La transparence, fil rouge de la collection, se décline des chapeaux aux bottes en passant par les mitaines et les accessoires translucides. Les canotiers transparents ou les capuches bordées de franges habillent les têtes des mannequins quand les cuissardes aux talons cristallins révèlent les jambes. Le vinyle recouvre et dévoile les silhouettes ou la matière. À l’image des sacs recouverts d’un film transparent tel un film protecteur. Les cheveux des mannequins sont maintenus par des cylindres en plastiques et leurs mains se glissent dans des mitaines limpides qui remontent sur l’avant-bras.

00/14
front-row

© Anne Combaz

FRONT ROW

G-Dragon, Selah Marley, Liu Wen et Cindy Crawford comptaient parmi les personnalités invitées au défilé Prêt-à-Porter Printemps-Été 2018.

L'ORIGINE DE LA COLLECTION

Interview de Karl Lagerfeld par Susannah Frankel.

credits
credits

© Anne Combaz

iridescent-fringes

© Anne Combaz

FRANGES IRIDESCENTES

Réminiscence des années 1920 et des robes Charleston, la tunique à franges se pare de reflets irisés, kaléidoscope de couleurs. Assortis aux perles de nacre des sautoirs et au tweed opalescent des tailleurs, les fils de soie oscillent légèrement. Les franges en escalier se superposent et dévoilent, selon l’inclinaison, un ivoire iridescent dont les reflets viennent se projeter sur les bords du canotier transparent.

credits
credits

© Lucile Perron

the-suit-of-the-spring-summer-2018

© Lucile Perron

LE TAILLEUR PRINTEMPS-ÉTÉ 2018

Carrure démultipliée, taille marquée, ligne graphique : le tailleur Printemps-Été 2018 dévoile sa nouvelle allure. En tweed blanc iridescent, l'ensemble veste/pantalon s’ourle d’un galon torsadé. Avec une veste structurée aux cols variés, l’épure est de mise. Fermeture invisible, poches discrètes, subtil jeu de coutures : Karl Lagerfeld privilégie l’absence d’ornementation au bénéfice de la ligne.

credits
credits

© Lucile Perron

scenography

© Lucile Perron

MISE EN SCÈNE

Dans un paysage de roches et d’eau, imaginé par Karl Lagerfeld, le son d’une cascade résonne sous la verrière du Grand Palais, pour le défilé Prêt-à-Porter Printemps-Été 2018.

Partager

Le lien a été copié