CHANEL NEWS

00/15
front-row-by-rachel-bilson

PREMIER RANG
PAR RACHEL BILSON

Prêt-à-Porter Printemps-Été 2011, Grand Palais, 5 octobre

best-places-in-paris-by-yi-zhou

MES ADRESSES À PARIS
PAR YI ZHOU

GALERIE JÉRÔME DE NOIRMONT
C’est mon marchand d’art français. Depuis 2002, je travaille avec Jérôme de Noirmont et il m’a toujours soutenue. Je suis la plus jeune artiste de sa galerie. Elle représente Jeff Koons, Shirine Neshat et Pierre et Gilles, des artistes formidables qui m’inspirent et dont je suis le travail. Nous préparons une exposition pour le printemps 2011 qui sera ma quatrième exposition solo pour cette galerie.
Galerie Jérôme de Noirmont
38 Avenue Matignon
75008 Paris

RESTAURANT « LA SOCIÉTÉ »
C’est un de mes endroits préférés à Paris, qui est tout près de chez moi et ouvert toute la journée, ce qui est très pratique pour des rendez-vous, pour prendre le thé l’après-midi ou se poser pour lire des livres. J’aime l’espace architectural de ce restaurant, il y a trois niveaux et l'on peut imaginer une chute d’eau tombant sur les escaliers et des oiseaux volant à travers les fenêtres qui clôturent l’espace.
Restaurant « La Société »
4 Place Saint Germain
75006 Paris

LA HUNE
C’est ma librairie préférée à Paris. J’aime sa section de philosophie et de sociologie. Diplômée de l'université américaine, c'est grâce à eux que j’ai pu approfondir mes connaissances en philosophie française contemporaine. C’est ouvert jusqu’à minuit en semaine, du coup, c’est un super endroit où nourrir sa pensée après un dîner !
La Hune
170 Boulevard Saint Germain
75006 Paris

CHEZ SARAH
C’est mon stand vintage préféré du Marché aux Puces. La propriétaire a un œil et un sens de l’esthétique fabuleux. Son stand est une référence pour bon nombre de créateurs de mode, car son goût n’est pas contaminé par les magazines ou la télé. Sa vision reste pure, ce qui est une approche intéressante dans un monde où nous sommes constamment pollués par l’information.
Chez Sarah
Marché Serpette
Saint-Ouen

MK2 BIBLIOTHÈQUE
C’est mon cinéma préféré à Paris, grâce à son équipement multimedia et à son magasin de DVD rassemblant la meilleure collection de films MK2. C’est aussi l’endroit où je montrerai une “rétrospective” de mes films, lors d’un cocktail spécial que donnera MK2 en l’honneur de mon travail le 6 décembre.
MK2 Bibliothèque
128 Avenue de France
75013 Paris

WEPLER
C’est ma brasserie préférée à Paris, qui sert les meilleurs hamburgers. C’est situé près de Montmartre, Pigalle, du Moulin Rouge, de La Cigale et La Fourmi : des endroits qui remplissent mon imagination et m’inspirent en tant qu’artiste.
Wepler
14 Avenue de Clichy
75018 Paris

LE MUSÉE GUSTAVE MOREAU
Il expose une large collection de peintures, d'études et de dessins de Gustave Moreau, dont l’œuvre est une de mes sources d’inspiration. Je peux en ressentir la douleur et les pleurs. Lorsque l’on se promène dans ce musée, la douleur issue de la vision de ses toiles procure l’effet d’une expérience en 3D.
Le musée Gustave Moreau
14 Rue La Rochefoucauld
75009 Paris

LIBRAIRIE 7L
C’est la librairie de Karl Lagerfeld, et c’est tout près de chez moi. Je récupère des livres depuis mon enfance, et le 7L combine la sélection la plus pointue et la plus accessible. Chaque exemplaire semble avoir été choisi par amour et pour le bien de la culture.
Librairie 7L
7 Rue de Lille
75007 Paris

PREMIÈRE HEURE
C’est ma maison de production préférée à Paris. Ils offrent les meilleurs services 3D/CG d’édition et de production. Chacun des employés de Première Heure est une vraie source d’inspiration pour les artistes et metteurs en scène, étant donné qu’ils ne se contentent pas de procurer des services de production et de post-production, mais qu’ils s’engagent sur le long terme dans un dialogue avec les personnes créatives, dans le but de créer un savoir-faire unique au monde. J’ai récemment collaboré avec Première Heure et j’ai ouvert sa division chinoise.
Première Heure
23 Avenue Bernard Palissy
92210 Saint-Cloud

00/24
spring-summer-2011-ready-to-wear

PRÊT-À-PORTER PRINTEMPS-ÉTÉ 2011
PAR ELISABETH QUIN

Grand Palais, Paris, 5 octobre

Regardez le défilé en intégralité sur chanel.com

Où est passé le Grand Palais ? Gommé, vaporisé, remplacé par un rêve de pierres, un extraordinaire jardin XVIIIe siècle, qui est aussi un moment cinématographique... Mardi 5 octobre, 2800 personnes anormalement calmes, émerveillées comme des enfants, sont assises dans le temps. Il se passe quelque chose de rare. La grâce est là. La poésie est là. Trois fontaines ruissellent, l’orchestre symphonique Lamoureux et ses 80 musiciens en frac apportent une note décalée, magique à cette présentation. On est bien chez
Chanel, en 2011, on est aussi dans « L'année dernière à Marienbad », d’Alain Resnais, en 1960, on est aussi chez Kubrick, période « 2001 l'odyssée de l’espace », pour le léger délire anachronique. On est dans un temps idéal où les femmes sont érotiques avec nonchalance, espiègles mais élégantes, aériennes et intenses. À l’image de cette collection Prêt-à-Porter Printemps-Été 2011. La femme Chanel, c’est Delphine Seyrig dans Marienbad qui était habillée par Chanel pour le film, mais c’est aussi Freja Beha, Stella Tennant, et Inès de la Fressange, passage adoré, applaudi longuement, vision si chic, en long soir noir, broderies, transparences, et ballerines de satin.
Le maître-mot de la collection est la légèreté. Légèreté des matières, beaucoup de voile, noir ou coloré de motifs exquis, de grillages délicats de tulle fin. Grand envol de plumes, pour le jour ou le soir, plumes brodées sur le tweed, en bas de robes courtes et parfaites, collerettes de plumes, manches de plumes, plumes follement, totalement, comme avec cette robe en plumes d’autruche orange pâle, si simple, si sensuelle.
Créer le désir, c’est montrer et plus encore dissimuler : des jeans gris pales ou blanc passent, troués, des accrocs savants sur une veste, ça et là, laissent deviner la peau. Un passage provoque une transe, transparence d’une robe en voile qui montre presque tout, presque rien. Émoi. Un des emblèmes de la collection est le minishort, ou plutôt le tailleur-mini-short. On adore. C’est osé, c’est jeune, c’est irrésistible. Celui qui passe en tweed gansé d’un argent métallisé, avec une veste ample et la pureté d’un haut blanc redéfinit avec maestria ce qui jusqu'alors, dans la rue, pouvait ne pas être d’une immense élégance... le micro-élément si ludique n’est plus réservé aux gamines, il devient chez Chanel, simplement juste.
En socques de bois, en boots brodées ou en troublantes cuissardes de cuir noir, en robe de maille bleu nuit décolletée en V en bas, ou en robe de tweed dévorée, la femme Chanel se souvient qu’elle est attendue, elle avance à son rythme. Comme Karl Lagerfeld, comme cette collection, elle est étrangère à la nostalgie. Elle semble flotter vers ce qui l’attend, un futur qui n’a de sens que dans la liberté. Et le désir. À l’image de Delphine Seyrig, la muse discrète de cette présentation grandiose et intime.
« Comme si le sol était encore des sables de graviers, des dalles de pierres sur lesquelles je m’avançais une fois de plus à votre rencontre... »

Photos : Olivier Saillant

00/12
off-the-catwalk-4

OFF THE CATWALK

Défilé Prêt-à-Porter Printemps-Été 2011, Grand Palais, Paris


Photos : Frédéric David

Partager

Le lien a été copié