CHANEL NEWS

new-york-mobile-art

New york mobile art

Le CHANEL Contemporary Art Container conçu par Zaha Hadid a ouvert ses portes le 20 octobre 2008 au coeur de Central Park, Rumsey Playfield, et fermera le 9 novembre 2008. Cet événement culturel à l'intersection de l'art contemporain, de la mode et de l'architecture a connu un succès immédiat auprès du public new yorkais, curieux de visiter l'exposition de plus d'une vingtaine d'installations originales. Les places gratuites ont toutes été réservées en deux jours seulement après leur mise en ligne.

00/8
ready-to-wear-campaign

Making of de la campagne

Prêt-à-Porter Automne-Hiver 2008/9 : aux couleurs d'Harlem

Pour les images de cette collection, Claudia Schiffer a sacrifié sa blondeur légendaire : Karl Lagerfeld n’hésite pas à la transformer en une moderne Louise Brooks, cheveux courts, teint de porcelaine, longues jambes en bas de dentelle et fragile allure années 20. La prise de vue se déroule dans un authentique "brownstone" de Harlem, respirant encore l’atmosphère des quartiers historiques de la ville, autrefois voués au jazz.

Une campagne que Karl Lagerfeld a voulu énigmatique, jouant de subtiles harmonies entre un appartement déserté, aux couleurs passées, aux matières pauvres, et une collection d’hiver volontairement privée des accessoires qui sont traditionnellement les signes de reconnaissance de Chanel.

Karl Lagerfeld porte toute son attention photographique sur la délicatesse des matières, la finesse des plissés, des volants, des gaufrés, dans une atmosphère douce, mystérieuse et chargée d’histoire intime. C’est la femme Claudia Schiffer qu’il photographie ici : une beauté sophistiquée et intériorisée dont la sensibilité résonne avec "une approche sans prétention du luxe" souhaitée par Karl Lagerfeld pour cet hiver.

00/3
karls-diary

By Karl
Vogue Allemand

Rügen, une île de la mer baltique, série pour le Vogue Allemand.

00/5
karls-diary-2

by karl
Vanity Fair Italie

Jeff Koons au château de Versailles, Vanity Fair Italie

00/3
premiere-watch

Montre première

En 1987, la première montre CHANEL voit le jour. Elle s'appelle tout simplement «Première ». Son originalité tient à son boîtier octogonal qui évoque le bouchon du flacon N°5 et la géométrie de la Place Vendôme, vue de satellite ou des fenêtres de la chambre du Ritz qu'habitait Mademoiselle Chanel.

Cette année, CHANEL lance une nouvelle version de cette montre culte dans un matériau d'avant-garde : la céramique, à la fois luxueux, noble, lisse et léger. Tout en conservant le célèbre boîtier octogonal et ses aiguilles, le nouveau modèle retrouve la ligne précieuse, fine et féminine des discrètes montres des années 1930. Cette réédition est disponible en deux couleurs, le noir et le blanc et quatre versions en céramique, acier et diamants ou céramique, or blanc 18 carats et diamants. Visitez le site CHANEL Joaillerie - Horlogerie

00/4
2009-spring-summer-ready-to-wear-show

Défilé prêt-à-porter printemps-été 2009

En octobre 2008, pour le défilé printemps-été 2009, Karl Lagerfeld reconstruit la façade du 31 rue Cambon, à l’échelle un, sous l’immense verrière du Grand Palais. Seul changement, mais d’importance : la rue, rendue célèbre par Mademoiselle Chanel, ne longe plus sa maison, elle lui fait face et y conduit. Le créateur en donne la raison : ce décor spectaculaire est une idéalisation, une reconstruction conceptuelle. Le décor du défilé devient un décor de cinéma et le défilé lui-même un court métrage où les mannequins interprètent la parisienne. « C’est comme une vue hollywoodienne » ajoute Karl Lagerfeld.

C’est en 1921 que Mademoiselle Chanel s’installe au centre de Paris, 31 rue Cambon. L’immeuble abrite aujourd’hui encore son appartement : quatre pièces de trésors soigneusement conservés, mais on y trouve aussi les salons Haute Couture à l’étage où Mademoiselle Chanel faisait ses défilés et qui a été entièrement repensé par Karl Lagerfeld selon l’esprit d’origine. Au sommet de l’immeuble sont toujours installés les trois ateliers de la Haute Couture.

00/17
the-girls-of-the-rue-cambon

Les filles de la rue cambon

Prêt-à-Porter Printemps-Été 2009

00/3
the-chanel-fishing-kit

Une canne à pêche signée chanel

Une véritable canne à pêche griffée Chanel, avec son étui en cuir matelassé, et ses mouches au double C : sans doute l’accessoire le plus inattendu de l’automne 2008 proposé par Karl Lagerfeld aux adeptes de ce sport. Elle s’inscrit naturellement dans l’histoire de la maison, en écho à Mademoiselle Chanel, une des premières femmes à s’adonner à l’équitation, à la danse, au golf et à créer dès les années 20 des modèles "sport" pour ses collections.
Le très élégant Duc de Westminster lui fit découvrir son goût pour la pêche et l’entraîna dans de nombreuses croisières en Italie, en Ecosse, et en Norvège. Elle raconte à son ami l’écrivain et grand reporter français, Marcel Haedrich : "J’ai appris à pêcher le saumon (…) Je trouvais ça très ennuyeux, rester des journées à lancer des mouches pour attraper un poisson, ça n’était vraiment pas pour moi ; et je m’y suis mise, j’ai pêché de l’aube jusqu’à onze heures du soir et j’ai adoré ça. J’étais favorisée, je pêchais dans les meilleures rivières." (Coco Chanel par Marcel Haedrich, Belfond 1987, p.103)
Winston Churchill, lui-même passionné de pêche et invité du Duc de Westminster, dans sa propriété en Ecosse, a reconnu les talents de Gabrielle Chanel dans ce sport peu commun pour une femme. "En deux mois, raconte-t-il, elle a pêché cinquante saumons." (Bendor, the Golden Duke of Westminster par Leslie Field, Weidenfeld & Nicolson, London 1983, p.200 à 202)

00/5
versailles-vu-par-karl-lagerfeld

Versailles vu par karl lagerfeld

L’exposition des photos de Karl Lagerfeld du château et des jardins de Versailles vient de fermer ses portes au public, mais son projet ne s’arrête pas là. Le créateur et photographe a l’intention de publier un livre dont l’ensemble des bénéfices servira à la restauration de ce patrimoine. Le succès de cette exposition a sans doute des raisons profondes dans l’inconscient historique français qui tient à l’originalité du regard posé par Karl Lagerfeld. Il en révèle moins le faste architectural et la gloire monarchique connue de tous, que la brutale disparition d’un monde dont les tristes sculptures, les vertigineuses allées et les sombres bassins sont comme les témoins enfermés dans un silence minéral.

Partager

Le lien a été copié