CHANEL NEWS

00/14
making-of-the-cruise-collection-press-kit

MAKING OF DU DOSSIER DE PRESSE
COLLECTION CROISIÈRE

Séance photo réalisée par Karl Lagerfeld à Paris pour la collection Croisière 2015/16.

Photos par Olivier Saillant

00/6
dongdaemun-design-plaza-seoul

LE DONGDAEMUN DESIGN PLAZA, SÉOUL

La collection Croisière 2015/16 sera présentée au Dongdaemun Design Plaza à Séoul, lieu qui a accueilli en 2014 l'exposition Culture Chanel.

Le plus grand bâtiment néo futuriste du monde, œuvre de Zaha Hadid, ne montre ni angle ni ligne droite mais un design homogène de courbes pures et infinies. Tel un vaisseau spatial posé dans Seoul, la construction argent aux formes ovoïdes de 86 574 mètres carrés s’intègre parfaitement au paysage urbain et diffuse une impression de fluidité et d’harmonie. Le regard ricoche sur la structure en béton recouverte par 45 133 panneaux d’aluminium, chacun différent de l’autre.

Tout aussi spectaculaire, l’intérieur en arcs et circonvolutions s’étend sur trois étages souterrains et quatre niveaux hors-sol, sans aucun pilier : l’escalier en colimaçon, la galerie en forme de cylindre et ses couloirs en spirale, le hall de neuf mètres sous plafond à la blancheur polaire. La construction incorpore également des vestiges mis à jour lors de fouilles archéologiques, dont une fraction des remparts de Séoul, de l’époque Joseon (1392-1910) qui entouraient la ville entre quatre montagnes voisines.

Zaha Hadid est la première femme au monde à avoir obtenu le prestigieux prix Pritzker. Née à Bagdad en 1950, britannique d’adoption, elle a conçu le Mobile Art de Chanel en 2008 et fait partie des architectes préférés de Karl Lagerfeld.

Photos par Panta Creation et Park Haewook ⓒ DDP (Dongdaemun Design Plaza)

chanel-journeys-into-the-future

VOYAGE À SÉOUL

Séoul, capitale de la Corée du Sud, devrait accueillir la Tower Infinity, première tour invisible bâtie grâce à une technologie ultra perfectionnée réfléchissant les images en temps réel. Avec plus de 25 millions d'habitants, Séoul est une mégalopole des plus technologiques. Capitale mondiale du design aussi bien que ville verte engagée, elle a remporté le prix de l'Earth Hour City Challenge et a été distinguée par l'ONU en 2014 "pour ses actions en faveur du climat", comme celles incitant les habitants à utiliser les énergies renouvelables.

La modernité n’exclut pas la spiritualité. A côté des technologies de pointe, bouddhisme, confucianisme et chamanisme imprègnent la Corée. Aucun bâtiment n'est construit sans un rituel destiné à attirer la bienveillance des esprits. Quant à la croyance dans le Yin et le Yang, elle s'illustre même dans le drapeau de la Corée du Sud et constitue l’origine des cinq couleurs traditionnelles. Vives et lumineuses, gages de chance et de protection divine, elles colorent les objets du quotidien, le costume traditionnel inspiré de la dynastie Chôzon (1392-1910), dit "hanbok", ou le visage des jeunes mariées qui maquillent leurs joues de deux pastilles écarlates.

Entre arts traditionnels et esthétiques d’avant-garde, la culture a été très influencée par la "korean wave", cet engouement populaire pour la musique pop, le cinéma et les séries télévisées, qui s’est ensuite propagé au monde entier grâce aux nouveaux médias. Dans la seule région asiatique, les héroïnes des séries TV influencent des générations entières.

across-space-and-time-the-cruise-collection

LA COLLECTION CROISIÈRE

En 1919, le Vogue américain évoque la petite collection de demi-saison que Coco propose à ses clientes en villégiature au soleil. Avec l’accélération des mutations sociales et culturelles apparaît une femme nouvelle et indépendante, qui conduit, fait du sport, tandis que la haute société goûte le luxe des paquebots. Le sportswear se développe et Gabrielle y joue un rôle déterminant.

Dans sa boutique de Biarritz, elle offre une garde-robe sobre et élégante à des femmes habituées aux stations balnéaires et au yachting, entre Pays basque, Riviera et Lido : pantalons amples de style marin, pyjamas de plage, chemises à encolure ouverte. Coïncidant avec la démocratisation de la mode et l’expansion des voyages à partir des années 30, ses tenues sont commentées ainsi dans l’Officiel de la Mode, en 1936 : « une collection de demi-saison très complète… riche en tailleurs et en robes du soir ». L’esprit Croisière est bel et bien né et c’est Gabrielle qui l’a inventé. Tombée en désuétude dans les années 50, la collection est rétablie par Karl Lagerfeld qui, sitôt arrivé chez Chanel en 1983, présente à la fin du printemps, en marge du prêt-à-porter, des silhouettes annonciatrices de l’été suivant. Preuve de son succès, des défilés annuels sont organisés dès les années 2000 et le concept s’étend progressivement à toute l’industrie de la mode.

Le sportwear Chanel a évolué vers des lignes plus élégantes qui s’adressent désormais de par le monde à des clientes en quête de nouveautés, à qui la Maison propose d’ailleurs des modèles différents tous les deux mois environ. Raffinées, légères et colorées, les silhouettes estivales pour le jour, les cocktails ou le soir sont particulièrement adaptées aux climats des pays d’Amérique du sud, du Moyen-Orient et d’Asie du sud-est.

Rencontre entre une garde-robe traditionnelle et la modernité d'un style contemporain et cosmopolite, la collection Croisière interprète chaque fois le thème du voyage. À travers ses différentes escales, Karl Lagerfeld revisite les destinations chères à Gabrielle Chanel ou imagine celles qu'elle aurait aimées découvrir.

Gabrielle Chanel et Roussy Sert sur un bateau - Circa 1935 © Tous droits réservés

the-cruise-collection-in-seoul

LA COLLECTION CROISIÈRE À SÉOUL

Le défilé Croisière se déroulera le 4 mai 2015 au Dongdaemun Design Plaza au cœur de Séoul.

Après Paris, New York, Los Angeles, Miami, Venise, Saint-Tropez, Cap d’Antibes, Versailles, Singapour et Dubaï, Chanel fait vivre l’esprit Croisière dans la capitale coréenne.

hyeres-festival-fashion-winner-announced

GRAND PRIX MODE DU FESTIVAL D'HYÈRES

Hier soir, en clôture du 30ème Festival International de Mode et de Photographie à Hyères, le Jury Mode a remis exceptionnellement non pas un mais deux prix dans la catégorie Mode. La styliste allemande Annelie Schubert remporte le grand prix doté de 15 000 euros ainsi qu'un projet de collaboration avec certains des Métiers d’Art Chanel.

Diplômée de l’université de sciences appliquées de Hambourg et ancienne assistante d’Haider Ackermann, Annelie explore avec sa collection l’expression de la féminité à travers des textiles sensuels et des silhouettes tout en superposition. "Je pensais que ça allait être une décision difficile mais au final nous étions unanimes: le jury a aimé son travail de la couleur, des matières et son sens de la féminité" explique Virginie Viard, présidente du jury Mode.

La styliste danoise Weike Sinnige s’est vue quant à elle décerner un Prix Spécial ainsi que l’opportunité d’une collaboration avec Lesage. Selon Virginie Viard : "C’est une véritable artiste, elle peint. Nous sentions vraiment qu’elle devait bénéficier d’une expérience avec Lesage". Sa collection, spirituelle, s’inspire du kaléidoscope et joue la perspective et la couleur.

Alice Cavanagh

Annelie Schubert womenswear collection / photo © Grégoire Alexandre

photography-prize-awarded-at-hyeres-festival

GRAND PRIX PHOTO DU FESTIVAL D'HYÈRES

Hier soir à Hyères, le photographe néerlandais Sjoerd Knibbeler a remporté le Grand Prix du Jury Photographie - à hauteur de 15 000 euros - du Festival International de Mode & de Photographie.

Au cours des deux dernières années, le travail de Sjoerd Knibbeler s'est concentré sur l'aérodynamique : il immortalise la puissance des forces naturelles en manipulant les matériaux présents dans ses photographies. Ses images surréalistes et pourtant sans aucune retouche ont très rapidement attiré l'attention du jury et suscité son admiration. " Son travail est tellement fascinant lorsqu'il photographie le vent, pourtant impalpable, et son utilisation de la lumière est superbe ", a déclaré Éric Pfrunder, le Président du jury photo, après la présentation.

À l'instar du Grand Prix mode, le jury a exceptionnellement créé un nouveau prix pour la photographie doté de 10 000 euros, afin de célébrer le 30ème anniversaire du festival. La photographe grecque Evangelia Kranioti, que la passion pour l'anthropologie a mené en haute mer, a documenté les voyages et l'intimité des marins aux quatre coins du monde.

Alice Cavanagh

Photo © Sjoerd Knibbeler, Pays-Bas / Netherlands "P. 170", The Paper Planes, 2014

karl-lagerfeld-s-master-class-at-hyeres-festival

LA MASTER CLASS DE KARL LAGERFELD DURANT LE FESTIVAL À HYÈRES

Lors de la Master Class qui s’est tenue dans le cadre des 15èmes Rencontres internationales du textile et de la mode du Festival d’Hyères, Karl Lagerfeld a souligné, à l’intention des futurs créateurs, que rien n’était jamais figé : " Tout dépend de ce que veut et peut la personne qui se destine à créer, couturier ou photographe ", a-t-il répondu au critique de mode Godfrey Deeny, qui animait la Master Class.

Face à la salle, au Jury du Festival, Karl Lagerfeld a décrypté ses différentes sources d’inspiration, son parcours, ses passions et a distillé ses conseils aux stars de demain repérées au Festival. " Je dessine comme je photographie, rapidement, a-t-il dit. Il n’y a pas de recette préétablie à laquelle on puisse faire confiance pendant toute une carrière. Je ne sais toujours pas si j’étais fait pour mon métier ni d’où vient mon talent. Je sais, en revanche, que je n’ai eu de cesse de m’améliorer. Aujourd’hui, je ne perds plus de temps pour matérialiser mes visions ".

Les invités ont pu notamment entendre Karl Lagerfeld expliquer ses pratiques du dessin et de la photo : " Disons que je me suis toujours intéressé à la photographie en tant que couturier. Argentique, numérique… On ne peut pas comparer les deux, comme il est impossible et vain de comparer deux cycles de vie ", a-t-il affirmé.

Photo par Anne Combaz

Partager

Le lien a été copié