credits
credits

© Saint-Ambroise

chn-ss-2020-show-by-susannah-frankel-title

© Saint-Ambroise

LE DÉFILÉ PRINTEMPS-ÉTÉ 2020
VU PAR SUSANNAH FRANKEL

Nouveau départ, nouvelle vague. Pour la première saison de la décennie à venir et la nouvelle collection créée par Virginie Viard, Directrice artistique des collections mode de CHANEL, les toits recouverts de zinc, les cheminées et les fenêtres mansardées de la rue Cambon, berceau de la Maison depuis 1918, s’installent dans la nef du Grand Palais. Haut lieu de la Ville-Lumière s’il en est, il fournira une majestueuse toile de fond à ciel ouvert à un défilé CHANEL placé sous le signe de l’allure.

« Les toits de Paris m’évoquent l’atmosphère de la Nouvelle Vague, confie Virginie Viard. Je voyais des silhouettes marchant sur les toits. J’ai pensé à Kristen Stewart jouant Jean Seberg et à toutes les actrices que Gabrielle Chanel habillait à l’époque ».

L’esprit est joyeux et l’humeur optimiste, emplie d’espoir pour l’avenir. On découvre ici une interprétation contemporaine des femmes qui ont marqué de leur empreinte cette Nouvelle Vague du cinéma français. Elles sont espiègles et résolument irrévérentes dans leurs vestes droites masculines en tweed qui se transforment en combi-pantalons, en combi-shorts ou en petites robes à jupe évasée aérienne.

La faille de soie et le taffetas habillent d’autres jupes, toujours à taille haute, qui virevoltent dans les coursives, mettant à l’honneur des camélias pleinement épanouis. Elles s’accompagnent de délicates blouses volantées et plissées, rehaussées de pétales de fleurs en organza, de raphia, de plumes et de nœuds. À l’image des femmes qui les portent, elles sont d’une exquise finesse mâtinée de légèreté et de joie.

La collection met en exergue le paradoxe masculin-féminin au cœur du vocabulaire de CHANEL, qui se reflète dans l’ingénieuse sobriété de pièces déclinées en noir et bleu marine, ornées de cols et poignets volantés, d’élégants shorts en jersey, matière emblématique de la maison, de pantalons corsaires, de chemises négligemment nouées ou encore d’un gilet oversize tricoté à la main. Des sacs zippés en cuir rappellent les trousses des lycéennes, tandis que des escarpins bicolores surmontés d’une fine bride confèrent une touche d’élégance à un look qui ne se veut jamais trop sérieux.

Les couleurs sont tranchées et les imprimés débordent de vie : des rayures éclatantes et des façades parisiennes s’emparent de robes anthracite brodées au col de paillettes rouge mat comme un rouge à lèvres et serties de lettres aux couleurs de l’arc-en-ciel qui dansent sur des satins étincelants. Elles forment un nom à la fois moderne et hors du temps, à la fois d’aujourd’hui et éternel : CHANEL

#CHANELSpringSummer

Partager

Le lien a été copié